par Karine

 

Un père malgré lui ?

 

Il y a quelques jours, je regardais les informations et là reportage sur un père qui ne veut pas en être un...Le pauvre homme se retrouve à assumer financièrement un bébé qu'il à conçu mais dont il ne veut pas.

L'avocate qui le défend dit : « pour les femmes, il y a l'avortement pour les hommes il n'y a rien ».

Attentive, j'écoute le témoignage de ce monsieur qui explique qu'à l'époque il n'avait pas de relation fixe. C'était un homme qui allait de relation en relation. Soudain l'une de ces relations l'appelle pour lui annoncer qu'elle est enceinte et qu'elle souhaite garder l'enfant.

Il lui en veut car elle lui demande d'assumer cette paternité que lui, n'a pas voulu.

Situation qui peut paraître injuste, mais ce monsieur aurait pu éviter cette situation, cela s'appelle la contraception... Si monsieur avait utilisé le petit chapeau, il n'aurait pas semé la petite graine.

Hé oui messieurs, vous pouvez avoir une maîtrise de votre fécondité !!!

 

Regardons cette situation un peu différemment :

Depuis des centaines d'années, les femmes assument seules leur contraception et cela a peu importé pendant très longtemps à ces messieurs de savoir si cette contraception était efficace.

Les hommes ne se sont pas posés la question du résultat de leurs ébats amoureux. Fréquemment ils n'ont pas assumer la grossesse non désirée de celles qu'ils avaient mises enceintes.

La fécondité, la grossesse sont restées « affaires de femmes ». Qu'elles se débrouillent entre elles de ces situations … Alors on l'a fait, on s'est débrouillée, on a obtenu le droit à l'IVG et la reconnaissance en paternité. Il est trop facile depuis trop longtemps que les hommes partent, abandonnant femmes et enfant.

Et pourtant peu de femmes font la démarche de la reconnaissance en paternité, cette histoire reste une exception, car c'est une démarche très longue et couteuse, bien qu'il existe encore des hommes qui aient sciemment et consciemment pas fait la démarche de reconnaître leur enfant. Ce type d'histoire est tellement banal du compagnon qui se barre pour « acheter des cigarettes » et qui ne revient jamais, mais cela on en parle peu aux actualités.

 

Ce serait trop facile ici d'écrire « Tel est pris qui croyait prendre », non pas de généralisation des comportements masculins ou féminins.

 

Messieurs il faut vous battre pour une maîtrise plus avancée de votre fécondité, battez – vous pour de nouveaux moyens de contraceptions, demandez la pilule ou d'autres expérimentations.

Les recherches sur la contraception masculine font du surplace parce  qu'il n'y a pas de lobbies masculins assez fort et sachez – le, maîtriser sa fécondité ne met pas en jeu sa virilité !!!