Cet été a vu une forte mobilisation contre les incitations au viol sur Internet, qui sont légion de manière directe ou détournée sur la toile, et notamment avec le cas du site Internet Seduction by Kamal, contre qui une procédure sera prochainement en cours.

 extrait-visuel

L'article de rue 89 rappelle très bien les épisodes de ce scandale déplorable : un site Internet de coaching en séduction (Séduction by Kamal) (là aussi il y a beaucoup à redire...) conseille à ses éminents lecteurs de forcer les femmes à avoir des relations sexuelles, qu'elles le consentent ou pas.

« Commencez à déshabiller votre partenaire alorsque vous vous tenez debout, montrez-lui qu’elle n’a pas vraiment le choix. [...] Elle se plaint ? Pas pour longtemps ! C’est un phénomène naturel de rejet de l’autorité, mais une fois cette barrière, elle s’abandonnera à vous »

 

« Ne lui demandez pas si vous pouvez la pénétrer comme un animal sauvage, faites-le. »

 

« Ne lui demandez pas gentiment si, éventuellement vous pourriez avoir une fellation et éjaculer dans sa bouche... La décision est prise, retirez-vous et faites la descendre vers votre sexe afin d’affirmer votre posture. »

 

Entre autres propos on ne peut plus éloquents!

En gros : forcez-la à faire du sexe, c'es-à-dire violez-la !

 

Rappelons que l’article 24 de la Loi sur la Liberté de la Presse qui punit de "cinq ans d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende ceux qui (…) auront directement provoqué, dans le cas où cette provocation n’aurait pas été suivie d’effet, à commettre l’une des infractions suivantes : les atteintes volontaires à la vie, les atteintes volontaires à l’intégrité de la personne et les agressions sexuelles définies par le livre II du code pénal".

 

A ce titre, des blogueuses, des particuliers et des mouvements on décidé de dénoncer ce site incitant à la violence et au viol auprès des autorités idoines :

http://antisexisme.net/

http://lesquestionscomposent.fr/

http://dikecourrier.wordpress.com/

http://jeconnaisunvioleur.tumblr.com/

http://www.yaelmellul.fr/

... entre autres personnes mobilisées.

 

Une tribune complète est disponible ici et peut reprise et diffusée par toute personne intéressée.

Un courrier a été adressé au Procureur le 05/092013

Une pétition est cours, à signer et à faire circuler (lien pétition) et que voici retranscrite ci-dessous :

 

Agir contre la misogynie et l'incitation à la haine sexiste sur Interne

pétition du Collectif féministe et citoyen

 

Nous demandons aux pouvoirs public de faire cesser la publication en ligne de propos incitant à la violence misogyne.

Nous, militantes féministes et citoyennes, avons récemment dénoncé un site de coaching en "séduction" appelé Seduction By Kamal (1) comme incitant au viol.

Seduction By Kamal est un site d'apprentissage des techniques de "pick up artist", à savoir "artiste de la drague". Il s'agit de techniques de "drague" et de conseils en matière de sexualité. Le site est gérée par la société SBK Coaching, et génère du profit grâce à la vente de livres numériques ("e-books").

L'indignation s'est focalisée sur un article violent en accès libre et gratuit. Intitulé "Comment Bien Baiser : les 3 Secrets du Hard SEXE" (2), il nous apparait en réalité comme une incitation au viol, particulièrement toxique en raison de l'aspect éducatif du site.

Malgré de multiples sollicitations depuis octobre 2012, Kamal n'a jamais réagi. L'article était toujours en ligne à l'heure où nous écrivons cette lettre.

Depuis 2012, cet article a également été signalé en vain au Ministère de l'Intérieur (www.internet-signalement.gouv.fr). Pourquoi la loi n'est-elle pas appliquée ? Est-ce un problème managérial (manque de moyens pour traiter tous les signalements) ou un problème culturel (mauvaise formation et sensibilisation des agents du Ministère à la misogynie en ligne et à la culture du viol) ?

Ceci dit, notre objectif n'est pas de nous focaliser sur ce seul type de site Internet à la marge, mais sur l'ensemble de la misogynie globalement répandue sur l'espace Internet, et trop tolérée.

De nombreux agresseurs et leurs complices se sentent autorisés, en toute impunité, à exhiber sur Internet leurs infractions misogynes (viol, agression, non-assistance à personne en danger, recel de médias à caractère pédo-criminel…). Leurs victimes sont réduites au silence ou humiliées à l'échelle planétaire, subissant la reproduction perpétuelle de leurs agressions sur les réseaux sociaux.

Comment les Internautes peuvent-ils encourager un tel laxisme envers des criminels, et une telle sévérité envers les victimes ? Certainement à cause d'un amalgame toxique entre sexualité et violence érotisée (culture du viol) combinée à une mauvaise appréciation du sexisme sur Internet, perçu à tort comme “virtuel”.

Or le sexisme en ligne n'a rien de virtuel : le harcèlement subi par des personnalités connues comme par des adolescentes anonymes (ou qui auraient voulu le rester), le racolage des mineures par les pédo-criminels ou les proxénètes, l'omniprésence des images de femmes hypersexualisées et objectivées, dans les contenus personnels, journalistiques, culturels et commerciaux – clichés parfois pris à l'insu du sujet, l'humour sexiste qui alimente la tolérance envers le sexisme, les discours vindicatifs, stéréotypés et dégradants à l'égard des femmes, tout ceci est bien réel.

Ailleurs, sur le web anglophone notamment, des voix se sont élevées pour exposer l'ampleur de la misogynie sur Internet, et exiger des actions concrètes pour y mettre fin. Ainsi la campagne #FBRape a permis un début de dialogue avec Facebook, dans le but d'améliorer les systèmes d'identification et de modération des discours de haine misogyne (8).

Côté français, l'incitation à haine, à la discrimination ou à la violence est interdite par la Loi sur la liberté de la presse, article 24 (9). Nous exigeons que l'alinéa 7 soit appliqué, à savoir que l'incitation à la violence en raison du sexe, de l'orientation sexuelle ou du handicap soit réellement pénalisée.

Nous demandons également une modification de l'alinéa 6 de cette même loi (concernant l'incitation à la discrimination et à la haine) pour qu'il soit étendu au sexisme. Actuellement seules sont concernées les discriminations et la haine motivées par des raisons ethniques, raciales ou religieuses.

Enfin, nous appelons les pouvoirs publics à mettre en place une plateforme dédiée au signalement de sites misogynes, à la sensibilisation des acteurs du web sur le sujet, et à l'accompagnement des victimes de discrimination, de haine ou de violences misogynes sur Internet.

Nous appelons également les entreprises du web ou présentes sur Internet à mettre en place des pratiques éthiques pour lutter contre le sexisme sur Internet, en coopération avec la société civile.

——————————————————————————————–

Note Au Royaume-Uni : une pétition victorieuse avait été lancée contre la misogynie et le harcélement sur Twitter.

——————————————————————————————–

Sources et liens cités :

(1)   www.seductionbykamal.com
(2)   www.seductionbykamal.com/comment-bien-baiser
(3)   http://dikecourrier.wordpress.com/2013/08/19/pick-up-artists-le-marketing-de-la-violence-misogyne
(4)   www.profils-auto-entrepreneurs.com/profil/jean-baptiste.marsille
(5)   www.seductionbykamal.com/mentions-legales/
(6)   www.agence-csv.com/seduction-by-kamal-le-seducteur/
(7)   www.lepetitjournal.com/varsovie/economie/132935-varsovie-eco
(8)   www.womenactionmedia.org/facebookaction/how-to-report-gender-based-hate-speech-to-facebook
(9)   www.legifrance.gouv.fr

 

 

 

Il y aurait long à dire sur le su jet d'Internet et des publicités faisant l'apologie du viol et des violences contre les femmes ! Sur ce sujet, retrouvez cet artcile d'une blogueuse qui en parle très bien : http://www.toutalego.com/2012/12/couverture-de-lofficiel-homme-jusquou.html

couverture vogue