Une militante d'OLF63 a lu et recommande : « Refuser d'être un homme , pour en finir avec la virilité»

par John Stoltenberg aux éditions Syllepse, dans la collection « Nouvelles questions féministes »

 

Depuis que je suis féministe et que j'échange avec d'autres féministes, se pose la question de la place des hommes dans nos combats.

Pour faire l'égalité, il est nécessaire que femmes et hommes s'impliquent.

Mais comment ? Il s'agit d'abord pour chacun des deux sexes de conscientiser les inégalités persistantes que subissent encore, de plein fouet, les femmes.

Ensuite chacun et chacune de nous devons nous poser la question de comment nous appartenons à ce système, et comment de façon plus ou moins consciente nous continuons à fournir les conditions implacables et immuables à la persistance de la domination masculine.

Depuis les années 1970, les féministes se sont interrogées sur les injonctions faites aux femmes pour devenir de « vraies » femmes correspondant aux attentes de la société.

Elles ont démontré que ces injonctions nous enferment dans une position infériorisante à la classe des hommes.

Elles nous ont donné des outils permettant aux femmes d'entamer le long et sinueux chemin de l'émancipation : « Ne me libérez pas, je m'en charge ».

0_1

Depuis 40 ans, les droits des femmes ont bien avancé, et pourtant, l'on sent bien que depuis quelques temps ces avancées stagnent, voire régressent.

Selon moi, c'est maintenant que les hommes conscients de ces inégalités, et qui veulent s'engager dans nos combats féministes, doivent devenir des moteurs de réflexions sur leur place en tant qu'homme dans la classe dominante des hommes.

Pour tout ceux qui veulent contribuer à ces combats lire ce livre est une base incontournable.

L'auteur parle en tant qu'homme et démontre que sa classe d'homme construit sa virilité et sa masculinité en opposition à la classe des femmes, maintenant celles- ci dans une position d'opprimées.

Il remet ainsi en cause l'identité masculine et sa construction, démontrant quelles en sont les conséquences : le viol, l'homophobie, la chosification sexuelle, la pornographie, les violences conjugales, le militarisme et le contrôle masculin de la procréation des femmes.

Les hommes ont le choix, nous dit l'auteur, ils peuvent refuser l'identité masculine dominante.

Oui, l'identité masculine en tant que rapport social doit être transformée.

Ce livre distille la réflexion intelligente et ouvre la porte pour ceux qui accepteraient de questionner leur masculinité à un changement basé sur le consentement, la réciprocité et le respect dans les relations entre les femmes et les hommes.

Cet essai traduit les idées féministes dans une vision du monde que peuvent revendiquer et incarner sans fausse honte les hommes.

 

Karine P.