bring back our girls_CROP

Lundi 12 mai 2014 à 18h30 a eu lieu un rassemblement et un cercle du silence place de Jaude en soutien aux jeunes nigérianes enlevées par les terroristes de Boko Haram il y a un mois.

 

35 personnes sont venues manifester leur soutien à ces victimes et afficher leur volonté de voir le droit de s'instruire en sécurité et la fin des violences faites aux femmes partout dans le monde.

 

Espoir de femmes, Femmes et hommes d'avenir et l'Association des femmes africianes d'Auvergne nous ont rejoint pour cet événement.

 

Depuis un mois, la secte islamiste "Boko Haram" enlève de jeunes lycéennes en plein coeur du Nigéria. A ce jour plus de 250 jeunes filles auraient été victimes de ces intégristes.


Le gouvernement du Nigéria se mobilise peu, voire pas du tout.
La communauté internationale commence à peine à se mobiliser à son tour.
Le gouvernement français, par le biais de son ministre des affaires étrangères, Laurent Fabius, explique qu’il fera tout pour aider le Nigéria à retrouver ces otages.


Et en attendant, tous les jours des jeunes filles qui osent relever le défi de s'éduquer, afin de s'émanciper, de gagner leur autonomie et leur indépendance de femmes, prennent le risque d'être enlevées pour devenir des esclaves.

 

Ce combat pour libérer ces jeunes filles est un combat universel contre la traite des femmes et des filles qui deviennent de simples objets dont les hommes disposent à leur guise.
Car le destin de ces jeunes filles, si elles restent entre les mains de ces fanatiques, c'est d'être vendues au plus offrant pour être mariées de force, violées, battues, enfermées dans des situations d'exploitation domestique.

Ce qui se passe actuellement au Nigéria, se passe ailleurs dans le monde, et sans la mobilisation des mères de ces jeunes filles, aucun média ne se serait intéressé à ce sujet.


Il faut en finir avec toutes les formes d'oppressions et d'exploitations dont sont victimes les femmes et les filles sur tous les continents !


Il faut en finir avec les Féminicides "légalisées", autorisées, banalisées !


Chacun- e d'entre nous se doit de se mobiliser pour faire changer cette situation intolérable qui fait honte à notre humanité !


Nous exigeons que tous les gouvernements qui ont des liens avec le Nigéria fassent pression sur les autorités afin que tout soit mis en oeuvre pour libérer les jeunes filles enlevées et que toutes les autres bénéficient d'une protection pour continuer, sans crainte, à s'éduquer !


Les filles et les femmes ne sont pas de la chair à mariages forcés !

 

10259871_658356710885482_1281519022866911590_n 10294399_658356557552164_7312054426310276534_n 10330292_10202209006128396_6416301128099415173_n 10357236_658356460885507_2799986406166661035_n

10361409_658356790885474_6419822639845305315_n bring back 2

bring back 4 bring bzck 1 DSCN1857 DSCN1860

 


 

APPEL A RASSEMBLEMENT

Cela fera presque un mois que près de 270 jeunes filles nigérianes ont été enlevées alors qu'elles étaient au lycée, par le mouvement terroriste Boko Haram.

Boko Haram affirme que les filles ne doivent pas aller à l'école mais doivent rester à la maison et se marier. Les dernières informations disponibles nous disent que ces jeunes filles sont destinées à être vendues comme esclaves ou mariées de force !

Les pouvoirs locaux et internationaux ne font rien d'efficace pour les retrouver ou les récupérer !

AJOUT aCTu : mercredi 7 mai À l'Assemblée Nationale le chef de la Diplomatie Laurent Fabius annonce l'aide de la France au #Nigeria via une équipe spécialisée pour aider à la libération des jeunes filles. Intervention et infos ici

 

Mobilisons-nous! Montrons-leur qu'on ne doit pas laisser enlever les jeunes filles, que ce ne sont pas des esclaves ni de la chair à mariage forcé. Qu'elles ont le droit d'aller étudier en sécurité!

 

Retrouvez-nous lundi 12 mai place de Jaude à 18h30 pour un cercle du silence.

 

événement facebook du rassemblement : lien

 

Signez la pétition internationale (412.900 signatures) : lien pétition

 

 

Prenez-vous en photo avec le message Bring Back Our Girls (Rendez-nous nos filles) et envoyez les à contact@osezlefeminisme.fr

Sans titre

 

 


 

Communiqué de presse: Jeunes nigérianes enlevées par Boko Haram : Osez le féminisme ! dénonce l’assourdissant silence de la France

L'inaction du gouvernement nigérian suite au rapt de plus de 200 jeunes nigérianes par le groupe islamiste Boko Haram il y a 3 semaines a poussé les familles nigérianes à se tourner vers l'aide internationale. Alors que le secrétaire d'Etat américain John Kerry a promis samedi que les Etats-Unis feront "tout ce qui est possible pour aider le gouvernement du Nigeria à ramener ces jeunes filles dans leurs foyers et traduire les auteurs en justice", le silence de la France devient chaque jour plus insupportable .

Osez le féminisme ! exige du gouvernement français des actions concrètes. Il est de la responsabilité de la France de faire pression sur le gouvernement nigérian et de s’engager à fournir tous les moyens nécessaires à la recherche des disparues . La diplomatie des droits des femmes de la France ne peut pas se borner à des déclarations d’intention dans de beaux discours.

Le kidnapping et le projet de vente et de mariage forcé des jeunes lycéennes est une attaque directe de Boko Haram contre l'éducation des filles et des femmes, condition de leur émancipation. Le manque d'intérêt du gouvernement français et des médias vis à vis des crimes de guerre ciblant les filles et les femmes en dit long sur le niveau de misogynie qui règne encore en France en 2014.

Osez le féminisme ! soutient la mobilisation internationale initiée par les militant-e-s nigérian-es, en relayant la pétition initiée par plusieurs féministes nigérianes, et en participant à l’action virale #BringBackOurGirls

Nous ne relâcherons pas la pression tant que le Ministère des Affaires étrangères ne se sera pas engagé à soutenir les actions de recherche des jeunes lycéennes kidnappées . Très préoccupé-e-s par les conditions de détention des adolescentes, nous nous mobiliserons avec d'autres organisations féministes à Paris en présence de militantes et citoyen-nes nigérian-es le 13 mai prochain, soit un mois après le rapt.