1622002_1404867949776465_2099276464_n

carton

 

entrée libre

événement facebbok : ici

 

Osez le féminisme 63 organise une réunion publique sur le thème des violences conjugales intitulée « des violences psychologiques au suicide forcé », avec pour invitée l’avocate spécialiste des violences maître Yael Mellul.

Osez le féminisme 63 se mobilise contre les violences faites aux femmes et eut attirer l’attention sur la situation dramatique de ces victimes, par exemple au sujet du manque d’hébergements spécifiques au niveau local ou du manque de reconnaissance auquel sont trop souvent confrontés ces cas de violence.

On aura tendance à minimiser dans les cas de violences conjugales les violences psychologiques, prenant plus en compte les violences corporelles, mais il faut souligner que la violence psychologique est un préalable à la violence physique. L’auteur conditionne en effet mentalement sa victime pour asseoir sa domination par des moyens tels que la manipulation, le harcèlement moral ou un comportement de type pervers narcissique.

Depuis juillet 2010 on reconnaît le délit de violence conjugale à caractère psychologique, que Yael Mellul, en l’absence de définition précisée par la Loi, présente comme : la violence psychologique (ou harcèlement moral) est le fait d’imposer à son conjoint, son partenaire lié par un pacte civil de solidarité ou son concubin, de façon répétée, des propos ou comportements entraînant des dommages ou souffrances de nature physique, sexuelle, psychologique, ou économique, y compris la menace de se livrer à de tels actes, la contrainte, la privation arbitraire de liberté, ayant pour objet ou pour effet de violer la dignité de cette personne, en créant à son encontre un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant.

En 2012 ce sont 174 personnes qui sont mortes sous la main de leur (ex)conjoint, dont 148 femmes (soit 85%), mais un chiffre n’est jamais pris en compte : celui des femmes qui se suicident en suite des violences infligées par leur conjoint.
D’où le combat de cette avocate, pour faire reconnaître par la Loi le principe de suicide forcé. C’est à titre que Yael Mellul cherche actuellement à examiner dans quelle mesure le suicide en 2010 de Kristina Rady, épouse du chanteur Bertrand Cantat, s’inscrit dans ce type de contexte.

Osez le féminisme 63 souhaite, avec cette réunion publique, apporter un éclairage et des éléments d’information sur les violences psychologiques et permettre aux professionnels et au grand public d’échanger autour de la notion de suicide forcé.

 

 

CP image