1186816_622882794419012_575239811_n

 Des femmes au Panthéon, oui mais lesquelles?

Osez le féminisme, en association avec la CLEF, Les Féministes en Mouvements, 40 ans de mouvement, Genre et ville, Féminisme et Géopolitique, réseau féministe Ruptures, réclame  des femmes au Panthéon : actuellement 2 femmes pour 71 messieurs Place des Grands Hommes !

L'enjeu est de réparer cette injustice en pointant du doigt la nécessité de l'introduction de plusieurs femmes dans ce temple de la reconnaissance des grandes figures nationales.

Une pétition circule à ce sujet, que vous pouvez signer : https://www.change.org/fr/pétitions/françois-hollande-panthéonisez-des-femmes

Mais qui sont ces femmes dont les actions peuvent prétendre à la reconnaissance nationale? Voici un rapide portrait des candidates proposées par le collectif Pour des femmes au Panthéon.

 

 

 

solitude

 Solitude ( 1772 – 1802) est une figure historique de la résistance des esclaves noir-e-s en Guadeloupe.

Née du viol par un colon d’une esclave, elle-même plongée dans la servitude, puis libérée par la première abolition en 1794, elle se joignit, en 1802, au commandant Delgrès et aux autres marrons, lorsque Napoléon rétablit l’esclavage. Contre les soldats du général Richepance chargé de mâter la résistance, elle combattit, les armes à la main. Retranchée avec les insurgés à Matouba, elle les vit mourir au combat les 26, 27 et 28 mai.

Capturée, condamnée à mort, elle bénéficia du cruel privilège réservé à l’époque aux prisonnières enceintes : on attendit que le petit esclave naisse, pour la pendre au lendemain de son accouchement.


La suite ici : http://www.comite-memoire-esclavage.fr/spip.php?article144

 

 

 

 

 

germaine tatillon

 

 

Née le 30 mai 1907 à Allègre et décédée le 19 avril 2008 à Saint-Mandé.

Grand-croix de la Légion d’honneur, Germaine Tillion est une ethnologue et une résistante française déportée à Ravensbrück.

Elle a soutenu en France l’enseignement dans les prisons. Directrice d’études à l’École pratique des hautes études, elle a réalisé vingt missions scientifiques en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.

Après la guerre d’Algérie, elle s’engage dans divers combats politiques, dont celui pour l’émancipation des femmes de la Méditerranée.


La suite ici: http://fr.wikipedia.org/wiki/Germaine_Tillion

 

 

 

 

 

olympe

 Née le 7 mai 1748 à Montauban, sous le nom de Marie Gouze.

En septembre 1791 cette femme de lettres publie la Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne. Elle y prône l'émancipation féminine et l'égalité des sexes. Selon cet ouvrage la femme devrait être considérée comme une citoyenne à part entière. Elle sera considérée plus tard comme l'une des premières féministes.

le 3 novembre 1793 Olympe de Gouges est exécutée, condamnée à mort pour avoir soutenu les Girondins. Dans son texte elle affirmait, ironie du sort, que si "une femme à le droit de monter sur l'échafaud, elle doit également avoir celui de monter sur la tribune."

Source : http://www.linternaute.com/biographie/olympe-de-gouges-1/

     
     
     

 

 

 

louise michel

 

 

 

Née le 29 mai 1830 à Vroncourt-la-Côte, et morte le 9 janvier 1905 à Marseille.

Aalias « Enjolras », Louise Michel est une institutrice, militante anarchiste, franc-maçonne, aux idées féministes et l’une des figures majeures de la Commune de Paris.


Elle demeure aujourd’hui une icône révolutionnaire féministe et anarchiste.


Source : Wikipédia. La suite http://histoireparlesfemmes.wordpress.com/2012/12/26/louise-michel/

 

 

 

 

 

simone beauvoirLe 9 janvier 1908 Simone de Beauvoir naît d’un père avocat et d’une mère fervente catholique. Malgré son éducation bourgeoise et religieuse, elle se détachera très jeune de sa mère et du reste de sa famille pour suivre une existence totalement anticonformiste.

En 1929 Simone de Beauvoir rencontre Jean-Paul Sartre. Ils partageront leurs réflexions, leurs conceptions du monde et leurs sentiments, mais se refuseront toujours à vivre sous le même toit. Sartre la considère comme son "amour nécessaire", en opposition aux "amours contingents" qu’ils rencontreront tout au long de leur vie.

En octobre 1945 et avec l’aide de Simone de Beauvoir et de Maurice Merleau-Ponty, Jean-Paul Sartre publie le premier numéro de la revue "les Temps modernes". Littéraire, culturelle, politique et philosophique, ce mensuel montre clairement ses engagements politiques et deviendra la revue privilégiée des intellectuels de gauche.

En 1949 Simone de Beauvoir publie un essai retentissant sur la condition féminine. Intitulé "le Deuxième sexe", son ouvrage prône l’émancipation de la femme, possible uniquement par l’acquisition de son indépendance. Elle dénonce ainsi une société qui aliène la gent féminine et de laquelle il faut se soustraire pour atteindre la liberté. D’après elle, "on ne naît pas femme, on le devient".

En 1954 "Les Mandarins" remporte le prix Goncourt. Le roman met en scène un groupe d’intellectuels parisiens qui confronte leurs réflexions sur une société affectée par la Seconde guerre mondiale et la Guerre froide.

http://www.linternaute.com/biographie/simone-de-beauvoir/biographie/

 

 

 

Plus d'’informations sur http://histoireparlesfemmes.wordpress.com/